MOZAC, HAUT LIEU ROMAN

 

Mozac est situé aux portes occidentales de Riom. Son orthographe varie: Mozat, Mauzac, ou Mauzat. Les habitants sont des mozadaires ou mozacois. L'origine du nom viendrait du patronyme romain Maletius ou du patronyme gaulois Mausos. D'autres hypothèses avancent qu'il serait d'origine celte et signifierait "placé au milieu des eaux.."

Au Vile siècle un monastère y fut fondé par Calmin, descendant de famille sénatoriale romaine. Comte d'Auvergne et Duc d'Aquitaine et son épouse Namadie. Le village s'est formé autour de ce monastère bénédictin, placé sous la tutelle royale. Les reliques de Saint Calmin et de Saint Austremoine (premier évêque d'Auvergne) feront de Mozac un important centre de pèlerinage au IXe siècle.

Le rattachement à Cluny, en 1095, fera connaître à l'abbaye et au bourg des heures fastes. Mais plusieurs tremblements de terre au milieu du XVe siècle marqueront le début du déclin de l'abbaye.

A la révolution, les derniers religieux sont chassés. En 1790, Mozac devient une commune réunissant les deux paroisses de Saint Paul et de Saint Martin. Plus tard c'est l'église abbatiale Saint Pierre qui deviendra l'église paroissiale.

L'histoire de Mozac est également marquée par l'installation dès 1842 d'une filature de chanvre, sur le site présumé de l'église Saint Martin. Elle deviendra l'une des plus importantes de France employant jusqu'à 350 personnes. L'installation d'une usine d'émaillage de lave de Volvic en 1882, fera de Mozac le berceau mondial de la lave émaillée.